AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Because I am just a man who loves you [Pandora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Mer 21 Juil - 12:44


    La sueur perlait sur mon front tandis que je poussais sur le levier, effectuant une descente en piquet. J'avais la nausée et je me sentais mal depuis quelques jours, sans que rien pour autant ne filtre. Je me sentais mal parce que le sujet Nolan était revenu sur le tapis et que je ne supportais plus ce type. Je ne supportais pas plus les sentiments qu'elle nourrissait pour lui était j'étais en train de devenir dingue, surtout en songeant que son best ne cherchait qu'une chose à savoir les remettre ensembles. Piquant sur le sol, je ne fis pas attention aux ordres de mon supérieur et continuait à foncer. A foncer sur le sol en espérant que peut-être, la douleur physique remporterait sur le reste. Mais je n'étais pas ce genre de gars. Redressant subitement, je repartis vers le ciel tout en fermant les yeux, avant de les rouvrir pour regarder le ciel. Mon métier me sauvegardait. Chaque fois que je me sentais mal, je disparaissais et venais voler. Au moins, je savais que mon avion ne me trahirait jamais lui. J'étais à cent pour cent certain qu'on serait toujours à deux jusqu'à ce que l'un trépasse. Et une chose certaine dans mon existence ne pouvait que me faire du bien. Les tracas finirent par s'estomper quand je vis un de mes collègues plus loin et je souris amusé, sachant que nous foutre tous les deux dans le ciel en même temps était une erreur monumentale. « Jake, tu passes à droite » J'entendis son rire dans le micro tandis qu'il acquiesçait « C'est partit pour la droite » Poussant sur mon levier, je fonçais sur lui, avant de bloquer à droite subitement pour effleurer le ventre de son avion tout comme il le faisait pour le mien. Partit dans mon délire, nous effectuâmes looping sur looping sans penser au temps qui s'écoulait. Non j'étais bien ici et à l'abri surtout de toutes les tourmentes qui saignaient ma vie. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et ce proverbe n'était pas pour me plaire. Atterrissant en douceur sur le sol bétonné, j'eus la mauvaise surprise de voir un de mes ennemis en train de se diriger vers moi. A penser que j'avais plus d'animosités qu'autre chose. « Décidément vous ne pensez qu'à vos gueules sans songer qu'on aurait pu également avoir envie de décoller. » Levant un sourcil, je répliquais froidement. « Il n'y a jamais eu de restrictions quand au nombre d'avoir en vol. » Me prendre la tête pour des conneries, c'était sa spécialité. Et ce n'était pas le bon jour pour le faire. « Quoi, ta nana n'est pas assez bonne pour te donner envie de rentrer? » La rage me déforma la mâchoire avant que je ne lui lance mon poing dans la gueule, l'os de son nez craquant sous la violence du coup. Visiblement, il n'attendait que ça. Sortant un couteau de sa poche, il me fit face tandis que je tirais sur mes muscles. Lançant son premier coup, je bondis sur le côté avant de saisir son bras et de plaquer mon genou dans son estomac, avant qu'il ne grogne de douleur. Il n'était pas agile, il privilégiait les muscles et la force. J'étais bien plus souple. Reculant cependant, je lui lançais mon pied dans la mâchoire avant qu'il ne s'écroule, et avant qu'une voix ne retentisse. « Arrêtez immédiatement! » Me figeant la voix de mon supérieur, je me mis au garde à vous juste avant de sentir une violente douleur dans mon flanc droit. L'attrapant, je remarquais le sourire goguenard mon adversaire tandis qu'il avait entaillé profondément ma chaire. Mes collègues m'attrapèrent soudainement alors que j'allais lui bondir à la gorge et mon major se plaça entre nous deux. « Vous n'êtes que deux abrutit. Lieutenant, conduisez le à l'hôpital. Je vous veux dans mon bureau demain pour vous sanctionnez quand à ce comportement désobligeant pour un soldat. » Je ne fis part d'aucunes émotions si ce n'est la colère alors que Jake me tirait vers la voiture, tandis que je tentais de stopper la perte de sang. Je me retenais, ce qui n'empêchait pas mon ami d'injurier fortement la « brute épaisse comme il disait » Me retenant de sourire, je descendis devant l'hôpital tandis qu'on me prenait en charge, après que j'ai refusé catégoriquement le brancard. Ce n'était rien pour moi.

    M'asseyant sur un lit, je soulevais mon haut avant de grimacer légèrement. Ce crétin ne m'avait pas loupé. Le retirant, je posais mon haut sur ma veste kakis, tout en retirant également mes lunettes de soleil. L'infirmière se fit alors un devoir de me nettoyer avant de sortir les aiguilles, ce qui ne m'enchantait guère. Serrant les dents, je finis par râler.

    -Bon sang, ça fait mal!

    -Tenez vous tranquille lieutenant, c'est vous qui avez refusé toute anesthésie et tout soin autre que celui que je vous prodigue.

    Elle n'avait pas tort mais en même temps je n'avais pas besoin d'être endormit pour une ridicule blessure. Me retenant, je serrais les dents. De toute façon, personne n'était témoin de cette humiliation. Une ombre sur le sol que je fixais apparut soudainement et je relevais la tête avant de regarder avec étonnement la jeune brune présente.

    -Mais qu'est-ce que tu fais là?

    Pandora.... Comment avait-elle pu être au courant aussi rapidement? Je n'étais pas ravi de me présenter avec un coup de couteau, même si ça me rappelait singulièrement ma jeunesse. Et puis je lui en voulais au fond de moi, lui en voulais d'être toujours amoureuse d'un homme qui ne saurait jamais la rendre heureuse à mon sens. Même si visiblement, je n'étais pas mieux. Profondément exaspéré qu'elle me parle encore de Nolan, j'avais claqué la porte le matin même et notre séparation n'avait pas été des plus joyeuses. Mais je n'y pouvais rien, je n'étais qu'un homme désespérément amoureux d'une femme qui pensait encore à son ex. Du coup, si j'étais prêt à tout faire pour elle, qu'en était-il réellement de son côté? De toute façon, la règle d'or était « il y en a toujours un qui aime plus l'autre dans un couple » Et j'avais bien l'impression d'être ce crétin à genoux . Mais même en sachant tout ceci, je ne pouvais m'empêcher de la dévorer des yeux. Discrètement. Avant de râler une nouvelle fois sous l'épingle.
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Mer 21 Juil - 13:39



    GABRIEL & PANDORA

    Ce matin je m'étais levée avec Gabriel près de moi. Comme tout les matins. Lui pour partir à son travail et moi au mieux. Sauf que le sujet de Nolan était revenue sur le tapis. J'aimais toujours mon ex petit-ami, disons qu'on avait vécut tout les deux des choses assez intense mais son problème de drogue avait tout gâché. Enfin ça aurait pu continuer mais je ne supportais pas l'idée qu'il se drogue. J'avais eu peur d'un côté, peur d'un jour rentrer à l'appartement et le voir inerte sur le sol. Je l'avais donc quittée et depuis un an je n'avais plus de nouvel. Et voilà six mois que j'étais avec Gabriel, je l'aimais lui aussi, j'étais amoureuse de lui. Mais je savais au fond de moi que je le fessais souffrir, vraiment souffrir et je m'en voulais énormément. Je n'aimais pas faire souffrir les gens et encore moins Gabriel, mais j'avais choisis l'option où tout le monde souffrait de ses sentiments et j'y étais pour beaucoup. Ce matin nous nous étions quittés sur un mauvais terme, il était partit en claquant la porte, me laissant seule dans la cuisine, complètement désespérée. Il n'y avait que moi pour me foutre dans une situation pareille. J'étais vraiment la Reine pour ça. C'est donc nerveusement et les pensées ailleurs que j'avais rejoint mon travail. La boutique dans laquelle je bossais. J'appréciais ce travail tout comme celui que j'avais le soir. J'aimais être au contact des gens, j'étais loin d'être une solitaire, j'avais besoin de contact. De personne avec qui parler, partager. Je ne pourrais en aucun cas faire un travail sans contact. Tout ce passa bien. Il y avait eu beaucoup de monde et j'avais été complètement débordée. On avait même dû appeler une autre vendeuse en renfort. Il y avais des jours comme ça. Bref, au fond de moi je ne pouvais m'empêcher de repenser à ce matin. Je n'aimais pas qu'on se quitte comme ça. Je savais combien il était jaloux et combien il m'aimait. Et je me trouvée vraiment la pire de toute les idiotes de réagir comme ça. Fallait juste une chose, une chose si simple mais si compliquée à la fois : arrêter de parler de Nolan et l'oublier. Mais comment oublier aussi d'un côté. Taraudés et complètement désespérée entre deux hommes. Deux hommes que j'aime plus que tout. Ce fut mon téléphone portable qui me fit sortir de ses pensées si sombre. Je répondis, c'était le supérieur de Gabriel qui m'annonçais qu'il était à l'hôpital, mais qu'il laissait Gabriel m'expliquer. Là ça eu l'effet de me paniquer à mort. Je pris mon sac et m'excusa auprès de ma supérieure, je lui dis les raisons et que donc c'était urgent. Je me demandais vraiment ce qui avait bien pu lui arriver. Qu'est-ce qu'il avait bien pu faire pour se retrouver à l'hôpital. Je rentrais comme une folle dans la voiture et me rendais à l'hôpital. Je trouvais rapidement une place et je me garais. Je sortis rapidement de la voiture, me prenant le trottoir dans le pied pour pas changer dans je me prends tout dans les pieds. Puis je rentrais à l'intérieure, j'allais à l'accueil et je demandais avec un sourire « Est-ce que vous pouvez me dire où est Gabriel Silvenson s'il vous plaît », elle me fit patienter deux minutes et m'indiqua où il se trouvait. C'est comme une furie que j'allais vers sa chambre. Il allait m'entendre je le dis. Je trouvais la chambre. Et doucement je me mis à l'encadrement de la porte. Mon ombre reflétant sur le sol. Quand il me vit, il posa ses yeux sur moi et me dit -Mais qu'est-ce que tu fais là? . Sur un ton neutre mais qui laissait aussi filtrer mon soulagement je répondis en m'approchant du lit « Ton supérieur m'a appelé, heureusement qu'il a eu la gentillesse de le faire, parce que je me demande vraiment si toi tu l'aurais fait …». Il n'y avait aucun doute je l'aimais, je l'aimais très fort, mais parfois je ne le montrais pas comme je le voudrais. Gabriel – Nolan, comment faire. Je chassais cette pensée de mon esprit et je posais mon regard dans celui de Gabriel et je lui demandais d'un ton soulagée et curieux en même « Tu n'as pas trop mal dis ? Et qui t'as fait ça ? Que je lui arrache les cou.... euh les yeux … ». Oui j'étais reconnue pour être une grande gueule et pour le fait que je ne mâchais certainement pas mes mots. Et aujourd'hui ne dérogé pas à la règle. Mais après est-ce que je serais capable de le faire ça c'était moins sûr.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Mer 21 Juil - 14:12

    Parfois une question me taraudait. A savoir si Nolan était libéré de son problème de drogue, est-ce qu'elle me lâcherait sans hésiter pour courir dans ses bras? J'en étais persuadé. Je le savais avec tellement de force que ça me gâchait la vie et je vivais dans la peur profonde toutes les heures que Dieu me faisait traverser. Sympa comme destin. Oui franchement il faisait fort sur ce coup là. Et de surcroît, il m'envoyait la femme que j'aimais me voir me faire charcuter par une infirmière assez sadique pour planter son aiguille n'importe comment. Serrant les dents, je baissais la tête sur mon flancs tout en regardant pensif. « Je sens la cicatrice à plein nez. »Une nouvelle poussée dans ma chaire et je me retins, tandis qu'elle parlait tranquillement. « C'est une vilaine blessure Lieutenant, évitez la prochaine fois. » Éviter facile à dire quand on avait une personnalité aussi impulsive que la mienne. Me tournant finalement vers Pandora, je me retins de lui prendre la main, sachant que la mienne était couverte de sang, et je me retins tout simplement d'aller vers elle. Vu la discussion de ce matin, je n'étais pas encore prêt à retomber dans l'amoureux transit bien que ça me pendait au nez. Bon sang je détestais ma situation. Je sais que le plus sage aurait été de la quitter jusqu'à ce qu'elle sache réellement qui elle veut, la laisser prendre cette décision mais j'en étais incapable. Je l'aimais comme un fou. Et la perdre elle reviendrait à me perdre moi même. La regardant avancé, je maudis mon supérieur. Je savais qu'il me traitait comme un fils au fond, un gamin qui lui rappelait ce qu'il avait été plus jeune. Du coup, il me surprotégeait un peu, remplaçant ce père que je n'avais jamais eu.

    -Non je ne t'aurais pas appelé. Je ne vois pas l'intérêt que tu me vois me faire recoudre pour une connerie.

    Je levais un sourcil à sa réplique et ne pus m'empêcher de sourire. Elle était mignonne à s'inquiéter ainsi pour moi et quelque part, ça me faisait chaud au coeur de l'avoir vu inquiète. Je doutais tellement de ses sentiments que de les voir même un peu me rassurait. Mais tenir ainsi indéfiniment était du sado masochisme.

    -Un collègue à qui j'ai cassé le nez. Et je préférerais ne pas te voir en face.

    Vu sa petite taille, je n'imaginais même pas ce qu'il pouvait lui faire. Grimaçant fortement, je la sentis couper et se redresser tandis que je vérifiais la plaie. Pas bien jolie. « Voilà, essayez de ne pas trop bouger quelques jours que ça ne se rouvre pas. » Levant un sourcil, je souris intérieurement. Autant me demander la lune. Passant mon haut noir pour enfiler ma veste militaire, je posais mes lunettes de soleil sur ma tête avant de poser la main sur mon flanc. J'allais souffrir un moment mais pas plus que je ne souffrais de la voir s'échapper petit à petit. Me redressant, je fouillais mes poches à la recherche de ma carte de crédit.

    -C'est Jake qui doit l'avoir, viens.

    Passant près d'elle en évitant soigneusement de la toucher pour ne pas craquer, je sortis de la pièce la main sur mon flanc, tout en fouillant le couloir des yeux.

    -Tu l'as vu en arrivant?

    Me tournant vers elle, je me noyais dans ses yeux, ses prunelles sombres dans lesquelles j'aimais à me perdre.
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Mer 21 Juil - 15:01

    Me voilà à l'hôpital, dans la chambre où mon petit ami est entrain de se faire recoudre. J'étais heureuse que son patron m'est appelée, car je savais pertinemment que lui ne l'aurait certainement pas fait et je lui fis la remarque d'ailleurs et ce qu'il me répondit ne m'étonna aucunement. Je voulais savoir qui avait bien pu faire ça à Gabriel. Je détestais qu'on fasse du mal au gens et encore plus quand il s'agissait de Gabriel. Sauf que vue son tempérament, je le retrouvé souvent blessé. Et oui j'avais choisis un bagarreur, que voulez-vous j'avais ce truc pour choisir les garçons comme ça. D'un côté c'était rassurant mais ça me fessait mal de le voir blesser. Quand je lui ai demandée qui avait fait ça que j'aille lui arracher les cou... les yeux, faut rester polie quand même. J'étais incapable de faire ça, d'aller et de faire mal à quelqu'un, je savais seulement parler. Il leva un sourcil et sourit, ce qui me fit sourire aussi. Je voyais bien qu'il m'en voulait toujours. Disons qu'avec ce qui c'était passé ce matin tout les deux et en général, c'était normal qu'il m'en veuille toujours. Il finit par me dire que c'était un collègue à qui il avait cassé le nez et qu'il préfèrerait ne pas me voir en face. Alalala, je soupirais, d'un côté soulagée. Le médecin ou l'infirmière je ne savais pas finis de le recoudre et lui demanda de ne pas trop bouger pendant quelques jours … C'est-à-dire ce qu'il ne fallait pas demander à monsieur. Il ne savait pas rester en place et j'étais impuissante face à ça. Il se remis son haut et sa veste. Il fouilla ses poches surement à la recherche de sa carte pour payer, je l'entendis vaguement dire que c'était surement Jake qui devait l'avoir. Mais j'étais entrain de me dire que j'aimerais que les choses soit si facile. Qu'il soit moins jaloux et qu'il ne m'en veuille pas. Mais c'était comme aller sur Mars. C'était si normal qu'il m'en veuille et qu'il soit jaloux. J'avais envie de l'embrasser et lui dire que je l'aimais et que je serais toujours là pour lui. Je ne lui mentirais pas. Parce que c'était la vérité. Je secouais la tête, me pinçant la lèvre inférieure. Il passant près de moi, en évitant soigneusement de me toucher. Je n'avais pas quand il fessait ça et ça m'énervais. Il sortit de la salle la main posé sur sa blessure. Il me demande si j'avais vue Jake en arrivant, il se tourna vers moi plongeons sont regard dans le mien. Je me remémora quand je suis arrivée. A vrai dire j'ai pas fait gaffe à qui était là où pas. Mais je n'avais pas vue Jake, enfin d'après mes souvenirs, alors je dis « Je crois qu'il n'était pas là quand je suis arrivée … ». Je fis un pas puis deux, jusqu'à être prêt de lui. J'avais toujours mes yeux plantés dans les siens, tout comme lui l'est avait planté en moi. Je fis un sourire en coin et je lui demandais « Gabriel embrasse-moi … Je suis tellement désolée pour ce matin … Et pour tout … Je t'en supplie Gabriel … J'ai eu peur tu sais … ». J'avais des yeux suppliant, je voulais qu'il fasse le premier pas. Je voulais que pour au moins ce matin il me pardonne. Je sais qu'on était dans un hôpital et que c'est pas le meilleur endroit pour ce genre de chose mais je ne tenais plus. Le fait qu'il passe devant moi sans me toucher ou me prendre la main me fessait crisser intérieurement. J'étais suppliante dans mes propos. Je m'approchais un peu plus et j'aurais aimée glisser ma main dans la sienne mais je ne le pouvais pas. Alors je posais ma main sur la sienne qui était posée sur son flanc. Je savais qu'il finirait par céder, parce qu'il finissait toujours par céder. Je ne sais pas ce que j'avais pour faire craquer les garçons comme ça, je ne comprenais pas pourquoi certain comme Gabriel risquerais sa vie ou donnerais sa vie rien que pour moi. Qu'est-ce que j'avais de plus que les autres. Qu'est-ce que j'avais qui fessait que ça ce passait comme ça. Je chassais ses pensées et mon regard suppliant toujours posé dans le siens. Je savais qu'il pouvait céder maintenant ou carrément partir si il m'en voulait encore un peu trop. J'espérais simplement qu'il cède et m'embrasse. Pour payer ses soins ça pouvait attendre un peu non ? Je venais d'avoir une peur bleue en apprenant qu'il était à l'hôpital, malgré que ce n'était pas si grave que ça. Enfin bon. J'attendais une réaction de sa part.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Mer 21 Juil - 15:57

    Je le cherchais des yeux comme une planche de salut. Je n'avais déjà pas envie de rentrer ce soir et allait m'arranger pour traîner avec mon ami dans le premier bar du coin. Voilà longtemps que je ne m'étais pas laissé aller dans une de mes premières passions, à savoir la danse, et cela me manquait plus que je ne l'avais pensé. Et là je fulminais qu'il ait osé me laisser dans une situation aussi délicate que cella là. Prenant conscience de quelque chose, je grimaçais faiblement. J'étais en train de la fuir, et je détestais cette notion de lâcheté. Me tournant vers elle, je finis par lui demander si elle ne l'avait pas vu au moins pour pouvoir payer les soins que l'on m'avait apporté. Mais bien évidemment, m'en tirer aussi bien aurait été utopique. Son regard me captiva et je ne remarquais pas de suite qu'elle avançait. En prenant conscience de cet état de fait, je reculais légèrement, et m'en voulus terriblement. Je ne voulais pas non plus la rejeter, même si au fond, elle n'attendait peut-être que ça. Cependant, sa phrase laissant une toute autre idée de ses intentions. L'embrasser. Je ne prétendais pas n'en avoir pas envie mais je ne voulais pas lui céder quand c'était moi qui en prenait plein la gueule sans cesse. Je réussis à rester de marbre, à ne pas succomber à la tentation, du moins jusqu'à ce qu'elle glisse sa main sur ma peau, déclenchant un frisson inexplicable. Respirant profondément, je la regardais avec intensité avant de me pencher légèrement. Tant pis pour mes résolutions, tant pis pour mon envie de marquer le coup cette fois. Frottant légèrement mon nez au sien, je glissais ma main dans son dos, sans penser au fait que je pourrais la tâcher avant d'effleurer sa bouche quand un coup dans mon dos me figea.

    -Je te cherchais.

    Me redressant, je fis face à Jake avant de presser son bras tendu. Je me demandais si son intervention était bonne ou mauvaise finalement. De toute façon, il était clair que j'avais craqué.

    -Tu as ma carte.

    La récupérant, je discutais quelques secondes avec lui pour notre réunion le lendemain, avant qu'il ne s'éclipse pour rejoindre sa femme et son fils. Déjà père à cet âge et une femme qui l'aimait et le couvait des yeux sans cesse. Je lui fis un signe de la main avant de montrer la carte à la jeune femme et de lui souffler que je revenais. Pas la peine de reprendre ce que nous avions commencer, du moins pas avant. M'approchant du bureau infirmière, j'entrevis une belle brune avant de lui montrer ma carte. Je l'écoutais me parler de son boulot jusqu'à sa vie tandis que je lui souriais bonne oreille et surtout peu enclin à me montrer mal élever avec une femme. La laissant finalement, je retournais vers Pandora.

    -J'ai laissé ma moto à la base, tu es en voiture?

    Je la regardais avant finalement de craquer. Me penchant, je pressais ma bouche à son front longuement, glissant mes doigts dans ses cheveux les yeux fermés quelques secondes pour finalement reculé.

    -Ne t'en fais pas pour moi dans ce genre de cas, je suis solide.

    Ce n'était pas peu dire. J'avais survécu à plusieurs conflits sans problèmes, m'en tirant avec quelques cicatrices à vie mais rien de dramatique dans le fond. Je n'en avais que quelques unes sur le torse ou encore le dos, mais une seule aurait réellement pu être mortelle et c'était bien avant notre rencontrer. Évidemment, nous savions tous l'un de l'eau ou presque. La seule chose que je ne lui avais pas encore confié et parce que c'était trop dur à aborder, c'était l'enlèvement de ma sœur qui expliquait sans doute ma peur de perdre encore la personne la plus importante à mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Mer 21 Juil - 16:51

    Je lui avais demandé de m'embrasser , de me pardonner pour ce matin et pour tout, j'avais aussi rajoutée que j'avais eu peur. Ce qui était vraie, tout était vraie. Je voulais qu'il craque et qu'il m'embrasse et qu'il me pardonne. J'avais posée ma main sur la sienne tout en l'ayant regardée suppliante. Il avait finis par ce pencher légèrement vers moi. Nos nez se frottèrent légèrement, il glissa sa main dans mon dos et il effleura ma bouche. Sauf que nous furent interrompu par Jake qui était arrivé, mettant fin à se qui allait se penser. Gabriel c'était donc retourné et j'avais soupiré. Là il était vraiment arrivé au mauvais moment vraiment. Et mon baiser alors ? Enfin bon je vis un peu plus loin une femme et un petit garçon, la femme et le petit de Jake je le savais. Et je me demandais vraiment si un jour j'allais avoir une famille, si j'allais être maman, si j'aurais droit à un beau mariage. Il discuta un moment avec son ami, tandis que je restais plantée là à regarder sans voir vraiment. Je commençais vraiment à me demander si ma mère avait bien fait de me mettre au monde, je détruisais tout ce que je touchais. Pourquoi ? Pourquoi ma vie se défilais ainsi ? On était chacun maître de son propre destin, c'était moi qui m'était mis toute seule dans ce gouffre sans fin. Je vis vaguement Gabriel allait régler ses soins, tandis que je vis la petite famille partir. J'ai chialerais presque c'est pour dire. Je gâchais toujours tout ce que je fessais et touchais. Je ne méritais guère l'amour de Gabriel et de ces gens qui m'aimait. J'étais mauvaise et ces dans ces cas là que je me maudissait toute seule. J'étais là raide, le regard vague. Ce fut la voix de Gabriel qui me retira de mes pensées, il me disait qu'il avait laissé sa moto à la basse et si j'avais ma voiture, je levais le regard, j'allais répondre quand il déposa un long baiser sur mon front et passa sa main dans mes cheveux, je soupirais d'aise. Mais à mon goût il recula trop vite, mais je ne pouvais pas trop lui en demander non plus, il me dit -Ne t'en fais pas pour moi dans ce genre de cas, je suis solide.
    . Je ne doutais pas qu'il était solide. Alors je soupirais et je le regardais tendrement en lâchant un petit sourire avant de répondre « Je ne doute pas que tu sois solide … Mais tu sais très bien comment je suis et je m'inquiète toujours .. Et énormément pour toi … Hum … J'ai ma voiture oui, alors rentrons à la maison d'accord ? ». Oui je voulais rentrer et rester avec lui durant la soirée et même pas la peine qu'il pense à aller n'importe où avec des amis. Il devait se reposer au moins ce soir. C'est tout ce que je lui demandais. J'avançais vers la sortie et au passage devant Gabriel je lui pris la main. Nous arrivions en silence devant ma voiture et comme pour tout à l'heure je me pris les loupée le trottoir pour rejoindre le côté conducteur, je lâchais un aie pas trop sonore. Puis un peu agaçais je montais dans la voiture. En mettant le contact je dis « Gab' je t'en pris, je sais que ça vas être dur pour toi, mais peux-tu pour moi s'il te plaît, rester au moins ce soir et demain tranquille, déjà que l'infirmière n'avait pas l'air débrouillarde .. S'il te plaît ?! ». C'était comme lui demandais d'aller décrocher la lune, mais j'y tenais vraiment. Je planta mon regard dans le siens, avant de passer la marche arrière, pour sortir de cet hôpital.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 0:32

    Pour s'inquiéter, elle s'inquiétait. Mais elle ferait bien mieux de faire attention à mon mental, qui me pourrissait bien plus la vie que mes simples douleurs physiques. L'écoutant, je hochais doucement la tête tout en remontant ma fermeture éclair, la suivant jusqu'à la voiture. Je sentis sa main se glisser dans la mienne un peu avant et je la pressais doucement de mes doigts, relativisant la situation. Même si elle ne l'était pas totalement, je l'avais à mes côtés et c'était le principal? Relevant son bras, je pressais ma bouche à ses doigts longuement avant de la relâcher pour monter du côté passager par défaut. Visiblement elle voulait conduire et c'était peut-être préférable vu mon engouement à rouler rapidement pour rentrer au plus vite. Cependant, je vis à temps qu'elle chutait et je bondis en avant par instinct, trop tard parce qu'elle s'était déjà rattrapée. Grimaçant faiblement, je la regardais avec une intensité peu commune avant de murmurer. « Tu ne t'es pas fait mal? ». L'inquiétude que je ressentais était palpable, simplement parce que tout ce qui la concernait déclenchait en moi une peur inexorable. Moi qui n'avait jamais connu ce sentiment, je me retrouvais bien lottit. M'asseyant sur mon siège, je mis ma ceinture bien que je n'aimais pas particulièrement ça, et ouvris la fenêtre avant de me tourner vers elle. Sa question me laissa surpris et je grimaçais fortement. « Ce soir, c'est d'accord mais demain je suis sensé bosser. » Je me voyais mal rester à la maison, j'étais un actif et puis... rester à la maison pour la voir dans la lune. Quoique ne devais je pas un peu me battre, une fois de plus, pour le chasser de son esprit? Prenant sur moi, je soufflais. « J'appèlerais demain pour expliquer une absence sur une journée. » Aussitôt dit, je sentais que je faisais une erreur. Mais comblais la femme, un tant soit peu, qu'on aimait ne pouvait en être une.

    La laissant conduire, je pris mon téléphone avant de parler rapidement en italien avec Jake. Nos origines communes nous avait poussé à communiquer la plupart du temps ainsi, ce qui nous empêchait d'être compris ou espionné. Comme maintenant. Je pouvais me confier et parler rapidement sans que Pandora ne comprenne. Jake était sans doute avec Marco, le frère que je n'avais pas eu, et je m'appuyais beaucoup sur lui. Sans oublier qu'il s'activait à rechercher cette sœur que j'avais perdu. Descendant de voiture à notre arrivée, je l'attendais avant de m'effacer pour qu'elle puisse entrer avant de raccrocher et de retirer mon blouson pour le suspendre, l'aidant par là même à retirer le sien. C'était de petites habitudes que je cachais mal, ayant un grand sens de l'honneur, de la fierté et de la façon dont on devait traiter une femme et essayé. Relevant mes lunettes de soleil sur ma tête, je la regardais intensément sans bouger. Certes, porter des verres étaient ridicules mais c'était un de mes tocs, une barrière dissimulant un regard qui ne pouvait que trop parler aux autres.

    -Alors ta journée?

    J'avais entendu dire que Nolan était revenu, ce qui avait également ma réaction excessive de la matinée. Ou pas. Je n'étais pas excessif quand je pétais un plomb parce que ma petite amie radotait sur son premier amour. Retirant mes chaussures, je m'assis sur le dossier du canapé en croisant les mains, dans l'attente. Mais je finis par lui tendre la main et ainsi prendre la sienne pour l'attirer dans mes bras tout en l'écoutant.
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 1:31

    Nous étions arrivés à la voiture, main dans la main, arrivée à la voiture, il avait relevait mon bras et avait déposé un baiser sur mes doigts. Avant de me lâcher et de rejoindre le côté passager et en vrai pas douée de la vie que j'étais, je loupée le trottoir, me rattrapant avant de finir par terre. J'avais vue Gabriel agir mais je m'étais rattrapée avant. Je croisais le regard intense si peu commun de comment il me regardait. Il m'avait demandé si je ne m'étais pas fait mal. Je lui répondis avec un petit sourire, alors que je sentais son inquiétude « ça va t'inquiète pas … Je survivrais ». Puis j'avais embarquée dans la voiture. Évidemment c'était moi qui conduisait et il m'avait pas le choix. C'était ma voiture et je fessais ce que je voulais. Puis je lui demandais une chose assez dur pour lui. Très dur pour lui. C'était de rester à la maison ce soir et demain toute la journée. Oui je n'avais pas confiance en cette infirmière et je serais mieux rassurée s'il restait à la maison. Je prendrais moi aussi mon jour de congé, comme ça on pourrait être tout les deux tranquilles pour une fois. Pas l'un ou l'autre pris par le travail. Je savais qui lui avait fallu beaucoup pour me dire « J'appèlerais demain pour expliquer une absence sur une journée. » . Je lui répondis avec un grand sourire, heureuse qu'il accepte. Je conduisis donc jusqu'à la maison. Sur le trajet, il avait pris son portable et avait parlé en Italien, surement avec Jake. Je ne comprenais jamais rien. Fallait vraiment que je me mette à apprendre l'Italien, juste pour comprendre ce qu'ils peuvent bien ce dire. Parce que je me sentais un peu beaucoup à l'écart de la conversation. Ce fut donc en silence, que je garais la voiture sur le parking. Et l'a quittais. Nous rentrâmes dans l'appartement. En gentleman Gabriel s'efface pour me laissée entrer la première. Je posais les clefs de la voiture, à l'endroit prévu à cet effet. Gabriel enleva son blouson et très gentleman m'aida à retirer le mien. Je lui fis un superbe sourire pour le remercier. Il me demanda alors comment était ma journée. Tout en s'asseyant sur le canapé en ayant au préalablement retirais ses chaussures. Je le regardé faire. Je le trouvais si beau. Et je m'en voulais tellement de le faire autant souffrir. Il finit par me tendre la main et prendre la mienne tout en m'attirant dans ses bras. Je me calais dans ses bras. Et je soupirais d'aise. J'étais bien là. Posant ma tête sur son épaule je finis par lui dire « Ma journée tu sais comment elle a débutée … Puis je suis allée au travail .. ça a été la folie … Il y avait plein de monde … Je savais plus où donner de la tête … Puis j'étais en colère contre moi … et je t'avoue un peu contre toi aussi même si je n'avais aucune raison de l'être au final .. Je suis la seule fautive dans l'histoire. ». J'étais honnête et je disais ce que je pensais. Je ne mâchais jamais vraiment mes mots. Enfin oui parfois je le fessais. En l'occurrence dans ses situations. Puis je le regardais, fronçant les sourcils je dis « Je t'aime Gab' ». Tout en disant ça, je portais un doigt à mes lèvres, réclamant de ce fait, le baiser qu'il ne m'avais toujours pas donné, quand nous avions été interrompu par Jake. Et j'y tenais à ce baiser. C'était une de mes façons de réclamer des choses, au lieu de parler, je fessais le geste. J'avais ce petit sourire en coin, que j'adorais faire.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 14:13

    Elle se blottit dans mes bras, et je plongeais dans son cou, la pressant contre moi, la gorge nouée. Je n'avais vraiment pas choisit la vie la plus simple. Je l'écoutais, me refroidis quand elle avoua qu'elle m'en avait voulut. A moi? Je n'y étais pour rien si elle foutait tout en l'air entre nous. Pour rien si un autre homme hantait ses pensées, si elle regrettait certain de ses choix où s'imaginait parfois comment serait sa vie si elle n'avait pas quitté cet homme. Parfois je me demandais si ce ne serait pas mieux que je la laisse, lui fasse croire que je n'avais plus de sentiments pour elle. Je voulais tellement son bonheur, peu importe avec qui elle soit. Ce n'était pas moi qui comptait, ce n'était pas mon bonheur que je désirais. Seulement son sourire et une vie qu'elle ne regretterait pas. Comment pourrais je vivre en sachant qu'elle en voulait un autre. Les yeux perdus dans le vague, je réfléchissais ardemment. Je ne pouvais pas la pousser à trancher ni à me choisir. Je voulais voir jusqu'où elle était capable d'aller et je n'avais qu'une solution. Respirant profondément, je savais que je faisais peut-être la plus grosse erreur de ma vie mais elle verrait peut-être ainsi de qui elle avait véritablement besoin. Et si ce n'était pas moi... et bien j'avais un métier qui me permettrait rapidement de m'évader. Que ce soit ici ou ailleurs. Mes perspectives d'avenir étaient d'un réjouissant. Je me ferais ermite sur une île ou pilote dans tous les pays du monde. Sans attaches... on souffrait tellement d'aimer. Venizia, Pandora. Je n'étais sans doute pas fait pour aimer tout simplement puisque le destin se plaisait à me les arracher, Pandora n'était qu'une lente agonie. Je la fixais quand elle prononça ses mots que j'aurais aimé croire. Quoique je savais qu'elle m'aimait. Mais le comment restait flou.

    Elle tapota sa bouche tandis que les mots me restaient coincés dans la gorge. La fixant les yeux ailleurs, j'observais la cerise qu'elle me tendait et finis par penser la tête. Remontant ma main sur sa nuque, je caressais doucement sa peau avant de manger ses lèvres, glissant la langue sur la sienne pour la croquer avant d'en faire ma captive, l'embrassant à pleine bouche, mon visage se pressant contre le sien, mes doigts enfoncés dans sa peau. Refermant mon bras libre sur elle, je l'embrassais avec cette connotation désespérément amoureux, puisqu'incapable de lui dire quelques secondes auparavant, je lui démontrais. Ma langue taquinait la sienne, mon nez se frottait au sien, ma bouche la prenait d'assaut. Lentement, rapidement, j'alternais, me perdant dans mes sens, laissant mon instinct me guider. Mais finalement, je reculais légèrement avant de souffler contre ses lèvres.

    -On m'a proposé une mission en Irak, pour rejoindre les américains.

    Je ne voyais que ça. Partir quelques jours, voir quelques semaines, et la laisser faire. Voir si elle saurait m'attendre ou si elle se précipiterait dans les bras de Nolan. Ce qu'elle ferait sans aucun doute. Mais en serait-elle heureuse? On pouvait aimer, et se rendre compte que l'on était incapable de vivre avec. Sans ce problème de drogue qui les avait séparé, sans tout ceci, auraient-ils vu leurs sentiments s'intensifier et résister? Je n'en savais rien, mais je ne pouvais vivre ainsi éternellement, dans cette indécision grandissante. Je savais qu'à mon retour, la jalousie me détruirait si ce n'était pas déjà le cas, mais au moins je serais fixé.

    -Ce ne sera pas long, juste quelques missions. Une belle rentrée d'argent et un grade à gagner. Bref une carrière qui pourrait débuter de belle façon

    Ce que je pouvais être hypocrite sur ce coup. C'était à vomir moi qui haïssait ce genre de comportement. J'en avais rien à foutre du fric, rien à foutre du grade. L'amour faisait faire de ces choses pitoyables. Je souris léger, j'étais nul pour mentir. En espérant qu'elle n'y voit que du feu.
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 15:28

    J'étais là dans ses bras, posée, calée. J'étais heureuse qu'il accepte de rester ce soir et demain avec moi à la maison. Une fois bien calée dans ses bras, je lui avait dit que je l'aimais et je m'étais mise à tapoter du doigt mes lèvres, réclamant de ce fait mon baiser, que je n'avais toujours pas eu. Il me regarda et finit par mettre sa main sur ma main, suivit d'un baiser qui prouvé tout son amour pour moi. Un baiser intense et rempli d'amour. J'avais voulu mon baiser et bien je l'avais eu. Je souriais légèrement. Heureuse d'avoir eu ce baiser. Puis il finit par reculais légèrement et il souffla contre mes lèvres -On m'a proposé une mission en Irak, pour rejoindre les américains. . Le rythme de mon cœur eu un raté, puis il s'affola. Je le regardais dans le yeux, essayant de voir si il plaisantait ou pas. Je ne voyais rien. Je ne disais rien. Je me demandais si jamais hallucinée ou pas. Si il avait vraiment dit ça ou si j'avais rêvée. Il poursuivit -Ce ne sera pas long, juste quelques missions. Une belle rentrée d'argent et un grade à gagner. Bref une carrière qui pourrait débuter de belle façon . Je le regardais, l'argent, le grade , une belle carrière qui pourrait débuter. Mais il avait perdu l'esprit ou quoi. Et le pire dans tout ça, c'est qu'il souriait légèrement. Et que j'ai cru tout ce qu'il venait de dire, tout les mots qu'il venait de dire. Je n'étais pas naïve, mais là je m'étais montrée si naïve. Je le poussais et me levée de sur lui, pour me mettre face à lui. Je le regardais sans sourire, les larmes au yeux. Je m'apprêtais à exploser. J'étais en colère, bouleversée, inquiète. Dans un geste incontrôlée, ma main gifla sa joue et alors j'explosais « Dis … Dis moi que c'est pas vrai … Je t'en supplie dis moi que tu n'iras pas là-bas ?! …. Mais tu es fou … !! Alors tu serais prêt à partir … Partir loin de moi pour quoi … de l'argent, un grade …. Je vaut si peu alors ?… L'argent , un grade vaut beaucoup plus que moi ?… Et si tu te fessais tuer .. Imagine … Juste un instant … Combien d'américain ne reviennent pas de là-bas … Chaque jour, chaque jour on entends qu'ils y en a qui se font tuer … Que leur famille ne l'est reverra plus … qu'il n'y aura plus que tu néants pour eux … Gabriel je t'en supplie dis moi que c'est faux … Dis moi … Rassure-moi …». Je le regardais, les yeux remplies de larmes, sans que je m'en rende compte, de peur, de colère, de panique elles s'étaient mises à couler toute seule. Oui je l'aimais et je tenais à lui, malgré que Nolan avait toujours une grande place dans mon cœur. Mais j'aimais deux hommes. Et un de ses hommes venait de me dire qu'il voulait partir en Irak. Je rêvais , hein dites moi que je rêvais, que c'était pas vrai. Je le regardais et je rajoutais toujours sur le même ton, qui était assez fort « Tu veux me tester c'est ça ?? Voir si je retourne avec Nolan , si tu pars là-bas … c'est ça ? Mais tu es fou ma parole … Je ne peux même pas t'imaginer une seule seconde là-bas … Avoir une peur immense dès que le téléphone sonnera, me demanda si ce n'est pas pour m'annoncer que tu ne reviendras jamais ! Je t'aime Gabriel .. ». Je ne le regardais même plus tellement mes émotions avaient pris le dessus. Que dire ? Que faire ? Je ne gardais pas les choses pour moi, je l'ai disais haut et fort. Et je lui avais dit ce que je pensais. Alors il était réellement prêt à partir pour de l'argent et un grade ? Je ne savais point, j'étais juste paniquée.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 15:52

    Je ne m'attendais pas à ce qu'elle se dégage, ni à voir briller les larmes dans ses yeux. Pour être franc, rien ne représentait un danger à mes yeux sinon la laisser seule ici. Prendre un avion et aller en territoire ennemi n'était qu'une routine bien élaborée et un peu plus compliqué que mon ordinaire. Ainsi je ne saisissais pas la violence de cette réaction qui n'était pas du tout celle que j'attendais. Non je pensais plutôt qu'elle allait bouder, essayer d'user de son charme pour m'en dissuader mais certainement pas à ce qu'elle se laisse aller à une colère que je voyais rarement chez elle. Figé de stupeur, je sentis l'impact de sa paume sur ma joue alors que je tournais la tête sous le geste, portant mes doigts à la rougeur certaine qui me marquait avant de me tourner de nouveau vers elle les prunelles agrandies. Je l'écoutais et je m'assombris, en prenant conscience qu'elle avait raison. Mais savait-elle que je mourrais à petit feu chaque jour parce qu'elle me laissait dans l'ombre? Parce qu'elle m'empêchait de la demander en mariage, m'empêchait de l'enlever n'importe où. J'étais coincé et je n'entrevoyais pas notre avenir, à supposé qu'on reste ensembles. Mais elle était en train de me tué à petit feu et j'avais moins peur des escadrilles ennemies que d'elle. Je ne pus m'empêcher de lever un sourcil à sa tirade avant de souffler. « Tu dis n'importe quoi, tu vaux bien plus que tout ça et justement. » Je prenais cette décision pour qui? Pour son bonheur qu'elle ne parvenait pas à entrevoir. Pour ce bonheur qu'elle ne savait situé. Bon sang ne pouvait-elle pas voir à quel point je l'aimais et que ce sentiment me détruisait? Et à quel point j'avais peur de la perdre? Ce qu'elle ressentait maintenant en pensant que je pouvais disparaître de sa vie, je le ressentais tous les jours depuis l'arrivée de son ex dans nos vies. Elle ne le supportait pas deux secondes et moi qui devait vivre avec chaque seconde et chaque jour étais je superman?

    Je détestais la voir pleurer, je détestais voir des larmes rouler le long de ses joues quand j'en étais responsable. Je pouvais tout souffrir sauf lui faire du mal, sauf la voir souffrir. J'allais la prendre dans mes bras quand ces mots me frappèrent et que je me figeais, le visage pâle. Elle avait deviné rapidement. Étais je donc aussi transparent? Grimaçant faiblement, je l'attirais dans mes bras et la pressais à l'étouffer. Plongeant le visage dans ses cheveux, je la serrais avec mes peurs et mes angoisses, je la serrais en lâchant également tout ce que je ressentais. « J'ai tellement peur de te perdre que je ne sais plus comment réagir. Je ne sais pas ce qui est le mieux pour toi.» La peur qui pousse à faire n'importe quoi. Je savais que je serais capable de partir sur un coup de tête si j'apprenais quelque chose, si j'apprenais qu'elle le voyait en cachette ou pire. Je savais que j'étais un impulsif qui ne voyait pas même quand sa vie était en danger. Je ne savais plus comment faire pour éviter de péter un plomb, pour éviter la noirceur, je ne savais plus comment faire pour qu'elle ait le sourire et qu'elle cesse de penser au passé. Si seulement les réponses m'étaient apportés, je ferais n'importe quoi pour elle. Si je savais ce qui était le mieux, si seulement je le savais, je ferais n'importe quoi. Collant ma joue à son oreille, je murmurais la gorge nouée. « Pars avec moi quelques jours, rien que toi et moi » Sans tierce personnes. Sans son ombre pour se mettre entre nous.

    Je n'étais pas certain qu'elle accepte mais j'avais besoin de ces quelques moments volés, ces souvenirs, n'importe quoi qui nous attache l'un à l'autre. Pressant mon front à sa joue, je finis par relever légèrement la tête avant de prendre en coupe son visage pour presser ma bouche à ses larmes. « Arrête de pleurer ». Essuyant ses larmes du pouce, je caressais son nez lentement avant de me perdre dans son regard, le cœur atrophié de la voir aussi mal. Qu'est-ce que je pouvais être con. Bien sûr qu'elle m'aimait. Prise entre deux hommes, elle ne m'en aimait pas moins pour autant. Mais elle ne pourrait jamais nous avoir tous les deux. La fixant avec intensité, je murmurais une nouvelle fois. « Pars avec moi »
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 16:22

    Je trouvais ma réaction, totalement adaptés à ses révélations. Cela lui avait même valu une gifle. Certes je n'étais pas une violente, mais il y avait des choses bien plus forte que moi et ça sa en fessait partie. Tu m'étais énervée contre lui. Disant tout ce que je pensais. Je lui demandais si je valais si peu par rapport à l'argent et au grade, il souffla que je disais n'importe quoi, que je valais bien plus que tout ça et que justement. J'avais les larmes qui coulaient, sans vraiment m'en rendre compte, j'étais sous le coup de l'émotion et j'y pouvais pas grand chose. Je lui avais demandée si il voulait me tester, voir si je repartirais avec Nolan si jamais il partait. Il finis par m'attirer dans ses bras où il me serra a m'en étouffer, je sentis son visage dans mes cheveux tandis que les larmes continuent de coulées. Il me dit « J'ai tellement peur de te perdre que je ne sais plus comment réagir. Je ne sais pas ce qui est le mieux pour toi.» . Je ne savais même pas moi ce qu'il y avait de mieux pour moi, alors qu'est-ce que lui pouvait savoir. Personne ne savait ce qui était le mieux pour moi même pas moi je le savais. Il collant sa joue à mon oreille et murmura « Pars avec moi quelques jours, rien que toi et moi » . Partir que lui et moi, quelques jours. Sans autres personnes. On était pas déjà bien dans l'appartement rien que tout les deux. Ou alors il voulait une vraie évasion, vraiment quitter le pays, ou la ville pour quelques jours ?! La dernière fois que j'étais partie en vacance en amoureux c'était avec Nolan. Que lui dire. Je gardais le silence. Parce que je savais quoi dire. J'étais affreusement partagée. Il pressa son front sur ma joue et releva légèrement la tête, il pressa sa bouche sur mes larmes qui continuaient de couler, il me dit « Arrête de pleurer » . Alors que son pouce essuyé mes perles salées. Il caressa mon nez ce qui m'arracha un maigre sourire. Puis son regard ce plongea dans le mien. Je l'aimais ça c'était certain. Je me demandais comment je pouvais faire pour aimer deux hommes en même temps, être prise entre deux eaux, être prise au piège. Le pire c'était que c'était moi qui avait ça. C'était moi qui semée le mal partout où je passais. Je portais si bien mon prénom : Pandora, celle qui ouvrit la jarre des interdits et laissa s'échapper tout le mal qui pouvait avoir sur terre, dans cette jarre il y avait juste un , un qui fessait le bien l'Espérance, bien plus faible que tout les autres maux, la seule qui resta enfermée dans la jarre des interdits, ne pouvant s'échapper. J'avais répandue le mal. Et je m'en voulais tellement. Je pouvais en avoir qu'un des deux et ce choix je ne pouvais pas encore le faire, j'étais trop mal pour choisir. Gabriel murmura une nouvelle fois « Pars avec moi » . Je relevais la tête plongeant mes yeux dans les siens sans pour autant m'y plonger totalement. Je reculais d'un pas, baissant le regard au sol et posant ma main sur son cœur « Je m'en veux tellement de te faire souffrir autant … Je ne suis qu'une semeuse de mal … Je suis tellement désolée Gabriel … Je ne peux pas partir … mais restons ici là tout les deux … rien que tout les deux ce soir et tout demain … et après-demain aussi si tu veux … Mais je ne me sens pas le cœur de partir … Tu comprends Gabriel ? Je t'aime tellement et je m'en veux de te … faire autant de mal … Je suis si cruelle avec toi. Pardonne moi ». Oui si cruelle, combien de fois je lui demandais de m'excuser, de me pardonner. Un jour il allait finir par ne plus me pardonner. Je me mis sur la point des pieds, parce qu'il était plus grand que moi et tout doucement et avec de l'amour je posais mes lèvres sur les siennes durant quelques secondes avant de reposer pieds à terre et de me blottir contre son torse.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 16:44

    Je lui avais demandé, parce que je n'en pouvais plus. J'arrivais à terme, je saturais. J'avais simplement besoin de quelques jours, même quelques heures pour échapper à ce stress permanent. Elle avait été incapable de le faire pour moi et j'avais conscience du pourquoi. Je sentis à peine sa bouche et à peine ses bras. Pourquoi serais je toujours le seul à faire des efforts? Un couple ne se bâtissait-il pas à deux? Nous étions tellement proches et soudés, et en même temps tellement loin. Attrapant ses bras, je les retirais doucement afin de la pousser en douceur, mes lunettes glissant avant de tomber sur mon nez au bon moment. La faiblesse, je détestais ça. Heureusement, gamin, je m'étais fait la promesse de ne plus jamais chialer, ce qui était trop déshonorant à mes yeux. Du moins pas devant quelqu'un. Me redressant, je la regardais à travers les verres noirs qui me protégeaient et pris quelques secondes de calme avant de parler d'une voix normale. J'étais tellement doué pour ne pas parler, pour tout cacher quand j'étais mal. « Tu as faim? » Question banal pour effacer le moment et la nouvelle déception qu'elle m'infligeait. Tant pis, demain j'irais voler. A moins de me tirer une balle, j'avais besoin de voler. Glissant mes doigts autour des siens, sans plus commenter sa phrase sur le pardonne moi etc, je l'attirais avant de poser mes lunettes sur le plan de travail et de sortir des conneries. Allez petit déjeuner un soir, c'était original et tentant non. Posant le nutella devant elle et toutes les cochonneries que l'on pouvait avaler le matin, j'évitais de trop la regarder, attendant d'avoir retrouver mon comportement serein, tout du moins d'apparence. « Tu as une idée de ce que tu veux faire ce soir? » Du moment que ce n'était pas parlé, ni mentionné le fait que je devais lui pardonner. Je l'avais fait. Je ne lui en voulais pas. Mais je n'oubliais pas non plus et les souffrances s'accumulaient. Jusqu'au jour où je craquerais sans qu'elle ne comprenne. Et là il sera trop tard d'un côté ou de l'autre.

    Parfois j'avais peur de moi faire une connerie. Je m'en savais incapable, et pourtant, à force, j'allais certainement faire un truc que je regretterais. Sans doute pour rééquilibrer la balance. Le visage de ma sœur réapparut et je me perdis quelques secondes dans le vague avant de tourner la tête vers la fenêtre. Non...Retournant ma chaise pour m'asseoir, je retirais également ma ceinture avec mon flingue et autre que je posais sur la table, par soucis de commodité. La flemme d'aller les ranger. Observant la jeune brune, je tendis légèrement les jambes avant de relever la tête vers elle. L'observant, je pensais à la journée pourrie que nous venions d'avoir. Dans tous les sens du terme. Vivement qu'elle soit terminée à moins qu'elle ne s'arrange. Détachant ma montre, je sortis également mon couteau de ma chaussure. C'était des tocs de gamins des rues, d'avoir trois cents armes sur moi. Me redressant, je les saisis avant de quitter la pièce et de finalement aller les mettre ailleurs. Pour respirer trente secondes. C'est à ce moment précis que je remarquais quelque chose d'étrange dans la rue. Descendant, je m'approchais de Pandora avant de mettre la main sur son épaule, les yeux fixés sur la fenêtre. «  Je crois qu'il se passe quelque chose en face » Relevant le rideau, je fixais les ombres lugubres de la nuit avant d'entrouvrir la fenêtre en silence. « Tu entends? »Une personne criée la voix étouffée, et c'était plus qu'étrange en songeant que les jeunes filles habitant en face était d'un ordinaire très calme.
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 17:23

    Je savais très bien que je l'avais déçus, qu'il aurait aimé que je dise d'accord pour passer quelques jours ensemble, mais j'avais dis non, je n'en avais pas le cœur. On pouvait pas juste rester tout les deux à l'appartement, durant deux jours par exemple coupés du monde, sans portable, sans visite, rien que tout les deux. Mais non apparemment il voulait vraiment qu'on parte. Et je l'avais déçus. Il attrapa mes bras et les retiras tout doucement et me poussa doucement. Ses lunettes lui tomba sur le nez. Je soupirais. Une fois de plus j'avais gâchée beaucoup de chose. Cette soirée ne pouvait pas allée plus mal. Il me demanda si j'avais faim, je ne devais pas avouer que je crevais la faim, non elle était plutôt coupée. Mais j'hochais quand même la tête positivement. Il finit par finit par glisser ses doigts dans les mieux, il m'attira en posant ses lunettes sur le plan de travail. Je fronçais un sourcil quand je le vie sortir le pot de nutella devant moi. En gourmande le pot me résisté que peu longtemps. Original petit déjeuner le soir, c'était faisable et original. Je voyais parfaitement qu'il essayait d'échapper à mon regard et je n'y pouvais rien. Il me demande si j'avais une idée de ce que je voulais faire ce soir. J'haussais les épaules, en attrapant le pot de nutella et l'attaquant a la cuillére. Je répondis « Tu veux qu'on regarde un film ? Ou dans le genre ? ». J'avais dit ça juste parce que je n'avais aucune idée de ce que je voulais faire ce soir même. Il enleva toute ses armes qui disposait un peu partout sur lui. La première fois que j'avais vue ça, j'avais eu drôlement peur, mais maintenant j'étais habituée et cela me rassurée beaucoup. Il se redressa, attrapa tout son batatruc et quitta la pièce. Le silence fit place pendant un moment, disant que mes pensées s'échappèrent je ne sais trop où. Alors que je m'enfilais le pot de nutella. Je sentis que Gabriel était revenue quand je sentis sa main sur mon épaule. Il avait les yeux fixés sur la fenêtre. Mon sourcil se leva quand il me dit «  Je crois qu'il se passe quelque chose en face » . Il releva le rideau , je regardais en même temps que lui, la nuit. J'avais une peur bleue de la nuit. Je détestais ça. Un léger frisson me parcourut. Il entrouvrit la fenêtre. Et quand il me demanda si j'entendais, je portais mon oreille. Pour discerner ce que je devais entendre. Là un frisson de peur me parcouru entièrement. J'hochais la tête. Et je regardais Gabriel, avec une peur dans les yeux et je murmurais « Ces flippant … Ce n'est pas normal … Tu crois qu'on devrait allés voir ce qui se passe … C'est peut être grave … Et … ». Je me tut. Parce que plus je parlais plus je me fessais peur. D'un côté fallait aller voir, sinon c'était peut être non assistance à personne en danger. Je repris la parole en murmurant « Tu crois qu'il se passe quelque chose de grave ? ». Question sans grand intérêt mais je ne pouvais pas n pas la poser. Un peu affolés je cherchais le contact des yeux de Gabriel, pour y trouver un brin de réconfort, un peu de quoi me rassurer. Je n'avais guère l'habitude de cette situation et la soirée ne pouvait réellement pas se finir pire enfin je l'espérais.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 17:54

    Regarder un film... Je n'avais pas envie de la voir ailleurs ou de nouveau perdue quand elle visionnerait une scènes d'amour. Il fallait quelque chose qui la fasse bouger mais difficile de faire une telle chose en étant à la maison. Réfléchissant rapidement, je pris finalement un paquet de farine et le lui renversais sur la tête. Voilà je pouvais m'estimer venger pour tout ce qu'elle me faisait vivre depuis plusieurs jours. « Juste une envie. » Elle était si mignonne avec ses cheveux blanc que je me retins difficilement avant d'éclater de rire de bon coeur. J'avais du mal à contrôler ce fou rire qui me prenait à la gorge, tandis que j'entrevoyais parfaitement sa mine boudeuse à venir. Cependant, pour y échapper, je finis par retirer tout ce que j'avais sur moi afin de me sentir plus léger, sans toutefois la regarder pour ne pas être pris d'un nouvel accès d'hilarité. Quand à échapper à un vengeance, la solution était toute trouvée. Souriant amusé, je finis par sortir de la cuisine afin de déposer mes armes et pour prendre conscience que la soirée prenait une tournure autrement plus dramatique. Retournant dans la cuisine, je levais un sourcil avant de fixer l'extérieur. Les doigts sur la fenêtre, j'analysais rapidement la situation. J'entendais beaucoup mais je ne voyais rien et je n'avais plus rien sur moi. Un crochet me permettrait de prendre mon flingue et j'en avais bien l'intention. Me tournant vers Pandora, j'étais décidé à lui demander d'appeler la police quand on on ne me plut pas du tout. Plongeant dans ses yeux, sachant sa peur de la nuit, je lui souris. « Toi tu ne bouges pas et tu appelles la police. Moi j'y vais. » Devais je avouer que j'adorais ce genre de situation? L'adrénaline, le danger, tout chez ces notions m'attiraient. Je savais que je foutrais ma vie en l'air en faisant quelque chose qui à mes yeux seraient agréable. Me crasher serait mon rêve mais pour le moment je n'étais pas pressé de trépasser, du moins pas encore. Passant dans l'entrée, après lui avoir volé un rapide baiser, je saisis mon flingue avant de sortir par la porte puis la claquer derrière moi sans y prendre garde. Traversant rapidement la rue, je passais en face avant de pousser la porte et de la défoncer de l'épaule. J'étais un soldat donc j'étais une brute de toute façon. Cependant, je ne vis rien du tout laissant supposer une agression. Avançant dans la pièce, je me rapprochais de la chambre avant de voir du sang sur le sol. Poussant la porte, je me figeais avant de voir le cadavre de notre voisine, et celui manifestement de sa petite amie. De la drogue noyait le sol de blanc et un flingue était posé bien en évidence. Manifestement, leurs soirées avaient été bien pire que la mienne. Ressortant, je rejoignis le chef des flics déjà présent avant de lui expliquer la situation et de le suivre de nouveau à l'intérieur, le laissant constater par lui même. Quelques questions de plus et on me libéra tandis que je réfléchissais. La vie pouvait être arrachée si rapidement. Je ne savais pas ce qui s'était passé ce soir là mais ce n'était pas joli joli. Me retournant vers la police, je les vis sortir les cadavres et me demandais l'effet que ça me ferait de voir un proche dans cet état. A vrai dire, je ne ressentais pas grand chose si ce n'est de l'empathie, mais je peinais à me voir dans ce genre de situations. Pour le moment, la leçon avait porté. J'allais profité d'elle ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 19:22

    Je lui avais donc proposer un film, ne sachant que dire d'autre. N'ayant aucune autre idée. Et chose a laquelle je m'attendais certainement pas, il avait pris un paquet de farine et me l'avait renversé sur la tête. J'étais belle tient avec ce blanc sur la tête. J'étais bonne pour me laver les cheveux trois fois de suite pour enlever tout ça. Et en plus il dit juste que c'était une envie. Et il éclatait de rire qui plus est. Je me mis à bouder, c'était pas cool. Mais il se mit a retirer tout son attirail. Je commençais déjà à secouer la tête pour enlever tout ce blanc. Ces avec un sourire amusé qu'il quitta la cuisine pour aller poser tout son attirail ailleurs. Revenant dans la cuisine, je vis que quelque chose n'allait pas quand il fixa l'extérieur intrigué. Il y avait du bruit, mais il fessait noir. Et je n'aimais guère la nuit. Gabriel pris la situation en main, il plongea ses yeux dans les miens et me demanda d'appeler ma police et que je ne devais pas bouger lui il y allait. Je le regardais inquiète. Et si il lui arrivée quelque chose. Il me vola un baiser au passage. Et avant qu'il franchisse la porte je lui dis « Fait attention à toi ». Je l'avais dis sans savoir si il m'avait entendu ou pas. Et la porte se referma derrière lui. Je le vis traverser la rue. Tandis que j'attrapais le téléphone et composée le numéro de la police. J'étais très inquiète pour Gabriel. Je me demandais ce qu'il avait bien pu trouver à l'intérieure de la maison. Dès que je vis la police arriver. J'enfilais un petit gilet sur le dos et j'ouvris la porte d'entrée. Je m'adossais à ce qui retenais le porche. Regardant ce qui se passait. Je fus soulagée, vraiment soulagée de voir sortir Gabriel de cette maison entier sain et sauf. Je vis Gabriel parler avec la police. Puis un peu plus tard je l'ai vis sortir les corps. C'était vraiment horrible à voir. J'étais de l'autre côté de la rue. Mais rien que le fait d'imaginer. Ça me donnée la nausée. D'autres voisin étaient sortis, curieux de savoir ce qui se passait. On pouvait déjà entendre « Oh les pauvres, », « ces bien tristes », « ces un drame, un malheur ». Mais qu'est-ce que tout ses gens en savait. Ils parlaient parlaient, ils ne savaient faire que ça. Ils ne savaient rien du tout. J'avais envie de leurs dires, mais les mots restaient coincées dans ma gorge. Mon regard se posa sur Gabriel, qui traversait la route. Quand il fut prêt de moi, je me jetais à son cou. Et posais mes lèvres sur les siennes dans un baiser plein d'amour et de tendresse. Passant à travers se baiser, mon amour pour lui, mon inquiétude pour lui, tout. Une fois que j'eus terminée. Je reposais bien à terre. Et lui saisit la main et l'entraîna à l'intérieure. Je lui dis alors « Je ne pensais pas que ce genre de chose pouvait arriver … Ils étaient si jeune … Ils avaient la vie devant eux … La vie est vraiment courte … trop courte. Il faut profiter de chaque seconde de cette vie, car elle peut cesser en un clignement d'œil … La vie si frêle et fragile … ». J'étais partie dans un discours presque sans sens. Mais qui voulais dire beaucoup de chose aussi. Je regardais Gabriel amoureusement dans les yeux.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 21:58

    Je n'étais pas choqué, je n'étais pas triste. Je n'étais pas plus touché que ça par la disparition de deux filles que je ne connaissais pas. En revanche, la situation l'était et me faisait réfléchir. Pandora. Et si demain elle mourrait emporté par je ne sais quelle funeste idée? La tornade annoncée par exemple? Si je la perdais demain en ayant gâché nos derniers jours à pleurer sur notre séparation future qui n'était pas même certaine? Je nous gâchais la vie par peur et jalousie mais elle n'avait rien fait sinon pensé. Si encore elle m'avait trompé, ou serait aller le voir sans m'en parler, l'aurait embrassé ou autre, j'aurais des raisons. Je n'aimais pas spécialement être pris pour un con mais au fond, je ne la pensais pas capable de me prendre pour ce genre d'imbécile. J'osais croire qu'elle nous respectait autant qu'elle m'aimait. Retournant vers la maison, je levais la tête pour la voir adossée à la porte et mon cœur s'en retrouva affaiblit, avant de battre à un rythme effréné. La voir était comme de sourire à la vie. La voir était un souffle d'air, une information à mon cœur pour lui demander de battre, une information à mes sens. Je ne pouvais vivre que pour elle jusqu'à ce qu'elle en décide autrement. Mais je ne devais pas tout foutre en l'air parce que mes angoisses m'étaient insurmontables. Pas alors qu'il n'y avait rien. Je me rapprochais de la maison et la vis bondir, avant de sentir son poids, ses seins pressés contre mon torse. Une bouffée de désir m'envahit, exacerbé par son baiser, davantage basé sur la tendresse que la passion. Croquant sa lèvre inférieure, je la laissais poser pied à terre avant de me laisser entraîner à l'intérieure, pressant la main qu'elle me tendait. Je l'aurais suivit au bout du monde sans discuter. Elle préférait rester ici, je prendrais mes jours dus je mourir d'inactivités. Au moins je mourrais près d'elle, noyé dans ses prunelles et apaisé par ce sourire qui lui était si unique. L'écoutant, je l'observais avant de chuchoter. « On va profiter. Et croquer la vie à pleine dent » Ouvrant la main, je lui pinçais la bouche amusé avant de prendre sa main et d'y presser mes lèvres en douceur, la dévorant du regard. « On oublie cette journée et je t'enlève » Attrapant mon blouson, je l'enfilais avant de lui mettre sa veste et de passer un bras sous ses jambes, la soulevant brusquement.

    Passant la porte, je descendis avant de la poser dans la voiture, ne descellant pas les lèvres pour ne pas me trahir avant de rouler vers la base. Je roulais doucement, essayant d'être prudent, luttant contre mon envie de vitesse avant de me garer sur le parking pour la prendre par la main et l'entraîner vers la piste de vol. Posant un doigt sur ma bouche, je lui fis un clin d'oeil avant de la soulever, passant mon bras sous ses fesses pour la renverser sur mon épaule pour monter l'échelle et passer dans le cockpit. « Assis toi sur mes genoux et accroche toi ce casque. » Le lui posant sur les oreilles, je souris tendre, elle était réellement belle et la lune était sereine. C'était totalement interdit ce que j'étais en train de faire mais tant pis. A défaut de voyager, j'essaierais de la faire rêver. Fermant le cockpit, j'attachais ma ceinture par dessus elle tout en la gardant sur les genoux avant de mettre les moteurs en route et de démarrer.


Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Jeu 22 Juil - 22:41

    J'attendais sont retour adossé au porche. Quand il arriva je lui sautais au cou, l'embrassant avec amour et tendresse. Reposant pied à terre, je lui pris la main et l'entraîna à l'intérieur de la maison. Je lui dit ce que je pensais de tout ça, enfin de ce qui venait de se passer. Je lui dis que la vie était si fragile, qu'elle pouvait s'arrêter, n'importe quand n'importe où, à n'importe quel âge, de n'importe quoi. C'était flippant quand on y pensé. Il me répondit qu'on allait profiter et croquer la vie à pleine dent. Je souris. Oui c'était ce qu'il y avait à faire. Ouvrant sa main, il me pinça la bouche amusée, avant de prendre ma main et d'y poser ses lèvres en douceur , me dévorant des yeux. Il me dit « On oublie cette journée et je t'enlève » . Je me demandais ce qu'il avait dans la tête vraiment. Il attrapa son blouson, l'enfilais, avant de me mettre ma veste et m'attraper sous les gens, me retrouvant dans les air. Je laissais échapper un petit ah surpris. Puis je lui demandais alors qu'on passait la porte « On vas où Gab' ? ». J'étais intriguée. Il avait toujours ce petit truc pour m'intriguer toujours. Il me posa dans la voiture. Et ce mit côté conducteur. Pour une fois il roula doucement. Je le regardais et réfléchissais en même temps à l'endroit où il pouvait m'emmener. Quand la voiture franchis l'entrée de la base où il bossait. Je me dis que c'était un peu évident qu'il m'emmène là. Mais j'étais aussi inquiète de savoir si nous avions le droit ou pas. Je sortis de la voiture et il me pris par la main m'entraînant sur la piste de vol. Oh non non non non !! Il n'allait pas oser quand même. Je n'étais jamais montée dans ces avions. Je le regardais inquiète, il posa un doigt sur sa bouche. Ok je parlerais pas, je ne dirais rien. Il me fis un clin d'œil et me souleva comme si je pesais rien, je me retrouvais comme un sac à patate sur son épaule. Génial. Je l'entendis me dire « Assis toi sur mes genoux et accroche toi ce casque. » . J'obéis au ordre de monsieur. Je m'exécutais donc tout de suite. Il attacha la ceinture et il mis le moteur en route et démarra. Je m'accrochais à lui. Et je finis par lui demander « Tu as le droit de faire ça au moins hein ? ». Je n'étais pas de ces filles qui respectais les règles mais quand même, ça pouvait peut être lui coûter son boulot. Y avait que lui pour faire ça. Alors autant faire les choses avec humour. Avec un sourire je lui dis « C'est ça tu veux faire un remake d'Aladin ? ». Oui quand il emmène Jasmine sur son tapis volant dans les cieux et que la merveilleuse chanson « Ce rêve bleu » , retentissait et fessait rêver toute les filles qui voulait être a la place de Jasmine. Il n'y avait vraiment que lui pour faire ça. Vraiment. Imprévisible et fou de moi.Et j'aimais ça vraiment. Et finalement je finis aussi par dire gentillement « Tu es complètement fou mais je t'aime aussi un peu pour ça ». Et oui sans folie la vie serais bien terne. Un peu de folie fessait le plus grand bien.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Ven 23 Juil - 2:44

    J'avais deux passions dans ma vie. La jeune femme et les avions. Et pour tout avouer, même si Pandora était de loin la flamme de ma vie, avoir les deux en même temps restait paradisiaque. Sa question me fit sourire et je lui répondis franchement, parce que j'étais du genre direct. « Non je n'ai pas le droit mais tant pis, le jeu en vaut la chandelle comme on dit. Puis il n'y a pas plus beau moyen de dire je t'aime à une femme que de lui offrir son ciel. » Mais à sa réplique, j'éclatais franchement de rire. « Tu aimerais? » J'aimais que ses pensées aient pris ce genre de tournant, ainsi elle voyait la chose de façon romantique, et c'était bon à savoir. L'avion se mit à rouler lentement sur le sol avant qu'elle ne me fasse part de son amour pour ma folie. Souriant en douceur, je la regardais avant de lui faire un clin d'oeil. « Tu ne peux pas t'ennuyer avec moi. » La pressant contre moi, je fonçais sur la piste avant de décoller, poussant sur le levier. Pressant ma bouche à sa gorge, je respirais profondément son odeur, la collant contre moi, savourant sa présence. Ces petits plaisirs de la vie dont on ne profitait pas assez. Montant dans le ciel lentement, je regardais par la fenêtre avant de lui montrer la lune, avant de murmurer des paroles dans son oreille, simplement par envie . J'aurais aimé en réalité que ce moment ne cesse jamais, qu'elle reste ainsi dans mes bras et qu'on puisse regarder le monde et ainsi fuir les problèmes aussi facilement que maintenant. Caressant son ventre du doigt, je finis par voler en dehors de la ville, là où la nature prônait sur le monde civilisé. Puis je bifurquais vers la mer et je la laissais se pencher.

    Cependant j'avais envie aussi de la faire rêver d'une autre manière. Je fis un piqué, descendant rapidement vers l'étendue d'eau bleu. Tournant le levier, je fis un tonneau avec mon avion, laissant le ventre de mon appareil à l'air et la tête en bas près de l'eau levant la tête pour avoir presque l'impression que l'on pouvait toucher les gouttelettes de la main. C'était un spectacle magnifique à partager en sa compagnie. C'est alors que je lui soufflais à l'oreille ce que je ne lui avais pas encore dit ce soir. « je t'aime » Finalement je remontais avant de rire dans ses cheveux, guettant chacune des ses réactions, mimiques, impression. Parlant dans mon casque, je rétorquais d'un ton amusé. « Alors ce premier voyage? » Notre première fois. Je repensais à notre première rencontre peu de temps après cette tornade qui avait voulut se jouer de nos vies. Je n'étais qu'un gamin pas bien âgé à l'époque mais elle me fascinait déjà. Elle le savait, avait conscience que je nourrissais des sentiments pour elle depuis près de dix ans. Caressant son bras de la main, je me sentais bien, serein, la première fois depuis bien longtemps. J'étais à ma place et avec la femme que j'aimais, que demander de plus.

    C'est alors qu'un éclair zébra le ciel avant que la pluie ne tombe, et je regardais la houle de la mer gronder. On ne risquait pas grand chose et c'était un spectacle plus grandiose que terrifiant à mes yeux. Ce blanc sur ce noir, cet amas de nuage. Cependant par précaution, je repris le chemin de la terre, l'avion filant avec vitesse dans ces paysages où la pluie n'avait pas encore marqué son chemin. « Alors tu en penses quoi? » Mon souhait le plus cher étant que ça lui ait plu. Dans mes bras elle ne pouvait avoir peur non? Je la pressais un peu plus, afin qu'elle se réfugie dans ma veste si elle avait froid.


(désolé j'ai eu un contre temps --')
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Ven 23 Juil - 15:33

    J'étais dans l'avion sur les genoux de l'homme que j'aimais. Je lui demandais si c'était légale ce qu'il fessait si il en avait le droit au moins. Chose dont je n'étais pas sûr du tout. Il me répondit « Non je n'ai pas le droit mais tant pis, le jeu en vaut la chandelle comme on dit. Puis il n'y a pas plus beau moyen de dire je t'aime à une femme que de lui offrir son ciel. » . C'était tout simplement superbe ce qu'il venait de dire. Pas plus beau moyen de dire je t'aime à une femme que de lui offrir le ciel. C'était romantique et beau. Je lui demandais si il voulait me faire un remake d'Alladin, sauf qu'à défaut d'avoir le tapis volant on avait l'avion. Il éclata de rire. J'aimais entendre son rire. Il me demanda si j'aimerais. J'hochais la tête tout simplement, un sourire jusqu'au oreille. Je lui dis qu'il était fou mais que j'aimais ça. Il me répondit « Tu ne peux pas t'ennuyer avec moi. » . Je lui répondis rapidement « Ça ces sûr ». Il me pressa contre lui, tandis que l'avion commencé à décoller. Je sentis sa bouche sur ma gorge. Puis l'avion monta dans les cieux lentement. J'aperçus la lune. Tout était tellement plus beau vue du ciel. Il murmura quelques paroles mon oreille. Nous avons finis par sortir de la ville puis vers la mer. Je me penchais pour regarder. C'était si beau. Où était le bouton pause, qu'on arrête le temps juste quelques instants. Juste le temps de savourer et profiter. Quand je sentis l'avion aller vers le bas rapidement, vers l'eau, je m'accrochais à lui. En fait ce qu'il venait de me faire vivre, sortait du rêve, c'était quelque chose d'inimaginable. De complètement irréelle mais qui venait pourtant bien de ce passer. Et alors dans mon oreille j'entendis ces deux mots qu'il ne m'avait pas encore dit ce soir, je t'aime, il remonta tandis que je murmurais « Moi aussi …». Il rit dans mes cheveux. Je souriais, j'étais pour ainsi dire aux anges. Puis je l'entendis me demander d'un ton amusé « Alors ce premier voyage? » . Alors je répondis tout simplement « Ce premier voyage … ne sera pas le dernier …». Je souriais, heureuse. Je sentis qu'il me caressait le bras de sa main. Depuis longtemps j'étais réellement sereine, tout les problèmes était resté à terre. Le temps changea brusquement, je devais bien dire que c'était impressionnant, l'éclair qui zébrais le ciel, la pluie qui tombait, c'était magnifique et flippant aussi. C'était un mélange de tout. Il me demanda alors, ce que j'en pensais, tandis que nous retournions à la base. Je me serrai contre lui, me procurant de sa chaleur. Je lui répondis « J'en penses que tu m'as fait rêver .. Que tu m'as fait voir des choses magnifique … Et que tu vaut mieux qu'Aladin, ce tapis volant c'est de l'arnaque … ». Ce fut mon rire heureux et amusée qui emplissait le petit espace. C'était la première fois que je voyais ça et j'avais aimée ça. Je rajoutais alors dans un petit murmure « Ta passion pour le vol … Je ne l'a comprenais pas vraiment … Mais maintenant je sais pourquoi tu aimes autant ça … ». Je souriais heureuse.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Sam 24 Juil - 0:57

    C'était beau, c'était simple. Je n'avais pas besoin de partir au bout du monde pour lui faire ressentir beaucoup mais surtout pour m'évader, nous évader loin de tout ça. Ces histoires de jalousie, sa prise de tête. Elle devait en souffrir également de se retrouver tirailler entre nous deux. Je l'oubliais parfois que sa position n'en était pas plus facile même si le choix maintenant devrait être fait. Elle s'enfermait dans des doutes et des regrets et je pensais sincèrement que ses remords jouaient également. Elle l'avait quand même quitté simplement pour une histoire de drogue. Je ne l'aurais jamais abandonné parce qu'elle se droguait, au contraire. L'aimait-elle vraiment au fond où se laissait-elle envahir par la culpabilité? Ce genre de pensées, je les gardais pour moi, sans rien dire, car la blesser ou même espérer le faux n'était pas une bonne idée. Non je me contentais de piloter, stabiliser l'appareil sous la pluie tout en savourant sa présence. Ainsi, je revins vers la base avant de la regarder intensément e pressant à sa joue quand elle annonça que ce ne serait pas la dernière. Je l'espérais profondément au fond de moi mais je chassais bien rapidement mes pensées pour n'être qu'à elle. Sa dernière phrase me toucha parce qu'il était vrai que la passion ou encore l'addiction n'était pas forcément une chose compréhensible. Cependant, qu'elle comprenne enfin ce que représentait cet avion pour moi, du moins un peu, me touchait et me faisait plaisir. Je souris avant de regarder de nouveau la route, pour enfin lui murmurer. « Et ma passion pour toi, tu la comprends? » C'était sur un ton taquin, je la cherchais en réalité. J'aimais jouer avec elle, j'aimais jouer avec son sourire, me faire frapper amusé. J'étais dans une idée de relation qui n'était pas banal dans le sens différente du train train de tout le monde. Je ne voulais pas de n'importe quoi entre nous, d'une vie ennuyeuse. Voilà pourquoi, il avait été important pour moi que de lui faire découvrir de nouvelles choses, de nouveaux horizons. Et la prochaine fois, je trouverais bien quelque chose dans le sport, étant un passionné de toutes sortes de disciplines tel que je scooter des mer, le jet ski, le parapente, le saut en parachute. Ce genre de choses qui prennent à la gorge sans plus te lâcher. Atterrissant en douceur sur le goudron, j'attendis que l'appareil s'immobilise avant de couper les moteurs, retirant son casque de ses cheveux pour enfin plonger dans ses yeux. Enlevant également mon casque, je regardais la nuit à travers le hublot et lui montrais les étoiles du doigt. L'astronomie était fascinant aussi. Je pense que j'avais besoin de prendre des vacances dans les montagnes. De quoi voler, observer, faire une overdose de tout ce qui faisait que j'étais moi. Mais plus tard. Quand la situation serait plus stade pour elle comme pour moi. Pensif, je pressais mes mains à son ventre avant de baisser la tête. «Demain, on passe la journée à la maison? » Me penchant, je butinais ses lèvres avant de la tirer doucement vers moi, jouant des dents dans sa chaire.
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Sam 24 Juil - 1:29

    Je comprenais enfin sa passion pour le vol. Ce qu'il ressentais quand il était là à voler. A présent je savais et je comprenais pourquoi il passait autant de temps ici. Il me répondit alors que nous repartions vers la basa « Et ma passion pour toi, tu la comprends? » . Ça pour cette passion là, je ne l'a comprenais pas encore vraiment. Comment pouvait-il m'aimer autant alors que je ne fessais que le faire souffrir et lui demander pardon pour ça. Alors je me contentais de le regarder et de lui sourire avant de répondre « Celle là est encore un mystère pour moi ». Je le savais jouer avec moi en disant ça. Car il avait dit sur un ton taquin et joueur. Mais une chose était certaine, c'était que je ne m'ennuyais pas. J'avais choisis une vie loin de l'ennuie. Il se passait toujours quelques choses, il y avait toujours de l'action. L'avion finis par atterrir sur le goudron. Quand il fut immobilisé, il arrêta le moteur. Il m'enleva le casque, puis le sien. Nos regards plongés l'un dans l'autre. A travers le hublot il me montra les étoiles. C'était si beau. Un jour mon père m'avait dit que les étoiles étaient le rassemblement de tout les êtres que nous avions perdu. Que toute ses étoiles étaient les gens perdu. Que quand on mourrait on devenait étoile. J'y avais cru pendant longtemps étant petite, mais finalement on finit par apprendre que les étoiles ne sont que des boules de feu dans ce ciel. Mais elles n'en perdent pas moins leur beauté et le rêve qu'elle dégage. Il prit un air pensif et pressa ses mains sur mon ventre avant de baisser la tête et de me demander «Demain, on passe la journée à la maison? » . Je ne savais pas. On ferais ce que nous voudrons à ce moment là. Alors qu'il commençait doucement à butiner mes lèvres. Il m'attira à lui. Je finis par répondre, enfin tenter de répondre « Demain maison ou pas … Nous serons que tout les deux … Rien que tout les deux … Pas de portable … Pas de visite … Juste nous deux … Toi & Moi … ». Juste lui et moi et personne d'autre. Une journée. Une journée que nous passeront tout les deux, on nous tenterons d'oublier toute les tensions comme aujourd'hui. Je souriais aux anges. Je finis par lui offrir un baiser, comme j'offrais si rarement. Baiser qui dégageait : passion, amour, tendresse et beaucoup d'autres choses. Pas tout mes baisers produisait cet effet. Celui-ci était rare. On avait chacun sa façon d'embrasser normal et une autre plus rare. Après une bonne minute, je reculais légèrement, portant ma main à ses cheveux, la passant dans ses cheveux. Le regardant amoureusement. Et je lui demandant, murmurant, pour ne pas briser trop briser ce silence, ce silence si apaisant « Merci de me faire si bien rêver … Je t'aime Gabriel ».Certes j'avais peur la nuit, mais là toute mes craintes étaient envolées, car je me savais en sécurité. J'étais en sécurité. Un léger frison me parcouru. L'air était assez frais. Alors je me tout contre lui.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Sam 24 Juil - 1:46

    Sa voix se teinta d'un voile d'amertume et je sentis la culpabilité au travers de son timbre. Si bien que je ne répondis pas, me contentant de frotter légèrement ma joue à la sienne. Inutile de teinter d'ombre une soirée qui prenait un cours non espéré au cours de la journée. Miraculeux devrais je dire. Il était triste de voir que l'accident, la mort de quelqu'un faisait relativiser assez pour qu'une soirée cauchemardesque devienne magnifique. Et elle l'était pour moi. Mes doigts effleurèrent le hublot tandis que j'observais le ciel. Piqueté de ces étoiles qui me rappelaient mon enfance, mes nuits sur les toits à les observer en solitaire. C'était bien plus agréable de partager ce moment avec la femme qui occupait vos pensées. Finalement, les étoiles furent oubliées, rapidement remplacées par la bouche de la jeune femme que j'aimais à mordre et à taquiner de la langue. Cependant, elle répondit entrecoupée par mes lèvres, tout ce même à cette question qui avait échappé aux miennes. Sa réponse me plut et je me mis à réfléchir. Après tout, on se moquait bien d'un quelconque programme. Je ferais au feeling demain, laissant les heures s'étreindre à ses côtés en espérant qu'elles soient le plus longues possible. Cependant, je sentis ses lèvres se faire plus pressante et je lui rendis ce baiser qui me retourna plus qu'autre chose. Sa façon de jouer de la langue, de se presser contre moi était rare, car bourré de toutes sortes de sentiments qui ne se montraient pas tout le temps. Les frissons se déclenchèrent parcourant mon corps tandis que je la dévorais des yeux rêveur. Ses mots alors prononcés dans un chuchotis me paralysèrent et je plongeais dans ses yeux avant de murmurer sur le même ton. « Je suis né pour te faire rêver. Je t'aime Pandora » Mon pouce se pressa contre ses lèvres douce, caressant doucement cette bouche à croquer avant qu'elle ne se blottisse contre moi. Comprenant rapidement, je me redressais un peu avant de retirer ma veste pour lui poser sur les épaules. Je voulais simplement rester quelques secondes ainsi sans bouger, alors que ma joue se posait sur ses cheveux et que mes bras se refermaient autour d'elle. Fermant les yeux, j'inspirais profondément son odeur, la berçant légèrement dans mes bras tout en savourant sa présence. Cependant en toutes circonstances la magie finit par s'éteindre. L'heure de ma montre fut quelques secondes visibles et je bougeais légèrement avant de rouvrir la vitre. « Rentrons » Descendant de l'appareil en l'aidant, je la soulevais avant de la serrer, lui laissant ma veste tout en la ramenant dans la voiture, regardant la piste si calme à cette heure et loin des effervescences de la journée. Pensif, je conduisis rapidement avant de la reprendre, la guidant dans la maison en douceur pour finalement la porter dans la chambre et l'étendre sur le lit. Puis retirant la batterie de mon portable, je mis le téléphone et celle ci dans la commode avant de sourire amusé. « Voilà pas de portable. Je ne serais qu'à toi et seulement à toi demain. »
Revenir en haut Aller en bas
L. Pandora Madson
Fondatrice en or ♥

avatar

Messages : 1200
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 25
Localisation : Ici ou là ! Qu'importe où je suis
Emploi/loisirs : Vendeuse dans une boutique de vêtement - Serveuse dans un bar le soir.

Feuille de personnage
Jukebox: Linkin Park ▬ The Catalyst
Tout le blabla que vous souhaitez:

MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Sam 24 Juil - 2:14

    J'aimais sa façon de m'embrasser. Je lui offris donc un baiser, comme j'offrais si rarement. Je finis par murmurer que je le remerciais de me faire si bien rêver et que je l'aimais. Sur le même ton il me répondit qu'il était née pour me faire rêver et qu'il m'aimais. Ces paroles me touchèrent. Ces paroles me fit rappeler une chanson que j'appréciais beaucoup. Son pouce se pressa alors sur mes lèvres, caressant doucement ma bouche. Un frisson me parcouru alors. L'air était frais. C'est pourquoi je me blottis tout contre lui. Je le sentis se redresser un peu et quelques secondes après je sentis sa veste sur mes épaules. Je souris pour le remercier. Puis nous sommes restés ainsi tout les deux. Durant un moment. Sa joue posée dans mes cheveux. Je me réchauffais peu à peu. Non seulement parce que j'avais une couche supplémentaire, mais aussi par la chaleur de son corps. Je le sentis bouger et devinée très vite qu'il était l'heure pour nous de bouger. Je l'entendis dire « Rentrons » . J'hochais la tête. Rentrons chez nous oui. Il m'aida à descendre de l'avion. Il me souleva et mes serra. Me laissant sa veste sur les épaules. Il prit une nouvelle fois le volant et cette fois conduisit rapidement vers la maison. Nous arrivions donc rapidement chez nous. Il me guida jusqu'à la maison doucement. Et me porta jusqu'à la chambre et il m'étendit sur le lit. Je me calais dans le lit, alors que je le vis retirer sa batterie de son portable et la mettre dans la commode , il me dit avec un sourire amusé « Voilà pas de portable. Je ne serais qu'à toi et seulement à toi demain. » . Je souris heureuse et amusé. Je pris alors le mien et lui infligea le même sort alors je lui dis « Rien que nous ! Coupé du monde extérieur … Plus de téléphone ». Je finis par m'assir sur le lit et je le regardais avant de finalement dire tout en me levant « Tu m'attends … Je vais me changer … ». Je passais devant lui, lui arrachant un baiser au passage. Je pris ce qu'il fallait dans la commode. Et j'entrais dans la salle de bain. Je me changea alors rapidement. Et me donnant un coup de brosse dans les cheveux. J'avais mis une nuisette de nuit en sois que j'aimais beaucoup. Une fois changer et coiffer. Je sortis de la salle de bain, posant les affaires sur une chaise. C'est avec un grand sourire que j'allais me blottir contre lui en disant « Une journée qui avait mal commencé mais qui au final ce termine bien même très bien. ». Oui pas toute les journée avait des fins heureuse. Certes il y avait eu l'accident avec ce malheur avec les deux jeunes femmes. Mais cela avait ouvert les yeux sur les vrais besoin de la vie. Je rajoutais alors un peu triste « Ce n'est pas génial pour les voisines … Mais ça nous a apprit une chose … Que vivre à fond la vie et prendre soin des gens qu'on aime est réellement important. ». Je finis lentement ma phrase. Avant de poser mes lèvres tout contre les siennes.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    LILLIANE PANDORA MADSON;
    UCCCC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-look-behind-you.forumactif.us
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   Sam 24 Juil - 22:07

    Plus de téléphone, pas d'avion pendant une journée, c'était faisable. De toute façon, je ne volais pas non plus tous les jours, c'était davantage le sport qui me manquerait demain, mais rien ne m'empêchait d'aller la faire courir le matin. Quoique je n'étais pas certain qu'elle apprécie, et je ne pensais pas non plus que ma blessure me le permettait. Son portable connut le même sort que le mien et je souris à cette vision, persuadé que la journée de demain serait bien meilleur que celle qui venait de se terminer bien que la soirée ait été magnifique. Je m'assis sur le lit avant qu'elle ne me demande d'attendre qu'elle se change et je regardais le mur tout en l'attendant, en pensant bien évidemment à elle. Elle avait un corps magnifique, qui me faisait rêver et ses courbes délicieuses me manquaient. La porte s'ouvrit sur elle et loin de ses seins, ce fut son sourire que je remarquais. Captivé par l'éclat de ses dents et de son bonheur présent, m'allongeant de moitié tout en la serrant dans mes bras, caressant la soie de sa nuisette des doigts. Je souris à sa phrase tout en pinçant le tissu entre mes doigts, chuchotant à son oreille. « Magnifiquement bien. » Inutile de ressasser la matinée désormais, c'était terminé. Et je l'avais dans mes bras, ce sourire que j'aimais tant dessiné sur son visage. L'écoutant jusqu'au bout, je pressais ma bouche à la sienne. « Du mauvais ressort toujours du bon et rien n'arrive jamais au hasard. » Malgré mon côté scientifique, je croyais au destin, de manière raisonnable. Cependant, chaque événement ou difficulté avait sa raison. Tout te poussait à grandir. Que Pandora soit tiraillée entre deux hommes avaient une signification et on ne la saurait que trop tard. Car la situation était tellement difficile à vivre. Cependant je ne voulais pas y penser, pas ce soir et demain encore moins. Je ne tenais qu'à profiter d'elle. Savourant ses lèvres, je la regardais dans les yeux avant d'appuyer sur son nez. Puis la dévorant des yeux, je me contentais de la regarder, caressant les traits de son visage. Ma passion pour elle était simple au final mais surtout me semblait naturel, que trop pour comprendre qu'elle ne puisse en trouver des raisons. L'observant avec amour, je remontais les mains sur ses hanches tout en mordillant son menton mangeant doucement sa peau lentement. Puis, je remontais doucement avec la langue, suivant les traits de son visage, frottant mon nez à sa peau. Respirant profondément, je pressais mon front à sa joue tout en la plaquant contre mon torse, la pressant fortement contre moi tout en soufflant lentement sur sa gorge. Puis je plongeais dans sa gorge et la serrais contre moi, savourant son corps, la chaleur et le parfum de sa peau, savourant tout ce qui était d'elle. Puis me redressant, j'ouvris le tiroir de la table avant de lui mettre un paquet sur la poitrine. « Tiens, un cadeau » Ce n'était pas grand chose, simplement une chaîne toute simple avec nos initiales sur un parchemin. Tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Because I am just a man who loves you [Pandora]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Because I am just a man who loves you [Pandora]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Misery loves my Company.
» •Misery Loves My Company•
» [Finish] Because I love you ... Athens [Caly' & Alecto]
» seung joo - "i love rap like a fat kid loves cake" - FINISH
» We run things, things don't run we! Remember only God can judge us, forget the haters cause somebody loves you! (Méliz)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't look behind you  :: ♦ RP finis ♦-
Sauter vers: